Ateliers « assemblage du cuiseur solaire pliable » à Veyrac et Saint-Pierre de Frugie

À Saint Pierre de Frugie (24) et Veyrac (87), les bénévoles ont organisé des ateliers de montage du cuiseur solaire pliable, les 27 et 28 avril derniers.

Leur intérêt pour la cuisson solaire était tout récent ou très lointain, datant de plusieurs années, mais mieux vaut tard que jamais ! Alors, les formations proposées en Limousin et en Périgord, leur ont permis d’avoir ce cuiseur solaire dont ils rêvaient.
Ils voulaient aussi rencontrer d’autres personnes intéressées par ce mode de cuisson, faire des économies d’énergie non-renouvelable, tendre vers une autonomie énergétique.
En outre, ils ont découvert le séchoir solaire, mais aussi le cuiseur thermos, le cuiseur à bois économe, sa plancha, son four, ces autres modes de cuisson complémentaires de la cuisson solaire.

Contents d’avoir participé à cette journée, les participants sont prêts à recommander cette formation à leurs proches, parce que, résume l’un d’entre eux :  » on devrait tous changer nos habitudes, non ? « .
Si le tarif a paru raisonnable, un autre indique :  » néanmoins, un tarif solidaire pourrait faire venir plus de personnes ».
Ils ont aussi découvert les activités qu’Inti mène en lien avec ses partenaires africains et sud américains, pour promouvoir cuisson et séchage écologique.
Ils ont mieux saisis ce que veut dire la pénurie de combustible pour cuisiner vécue par de nombreuses familles des régions du globe où le bois manque pour brûler sous la marmite, ainsi que le caractère concrètement solidaire de l’association.

Une troisième vie

Nous avons expliqué aux participants d’où venaient les matériaux constituant le cuiseur solaire et nous avons fait en sorte que nos déchets deviennent des ressources.
Les pièces en bois du cuiseur solaire sont découpées en amont par des adhérents bénévoles de Nantes qui réutilisent les chutes et donnent sciure et copeaux pour des toilettes sèches.
Pour recouvrir l’intérieur des cuiseurs, nous avons utilisé des plaques Offset la plupart ayant déjà servi, d’autres ne pouvant pas l’être à cause d’un défaut, sans conséquences pour recouvrir l’intérieur des cuiseurs.
Pour ces trois ateliers, nous avons puisé dans le stock offert par les imprimeries Gutenberg de Tulle, Lachaise de Brive-la-Gaillarde et Fabrègue de Saint Yrieix, ce dont nous les remercions.
Les chutes d’Offset ont été conservées et seront remises, avec celles de l’atelier d’Avignon, pour servir à d’autres fabrications, à l’imprimeur de Saint-Yrieix qui nous a donné un grand stock de plaques Offset et qui a également participé à un atelier pour monter son cuiseur solaire.

Quand on a découpé des morceaux de PET dans un grand rouleau, pour recouvrir les réflecteurs, il y avait des chutes trop petites pour être utilisées. Qu’importe, elles ont été récupérées par des personnes animant des ateliers avec des enfants et elles permettront de réaliser de jolis tableaux, de beaux décors.
Ce PET est recouvert d’une pellicule de papier protégeant sa partie autocollante. Nous n’avions pas prévu de le récupérer et il est parti à la déchetterie dans la benne papier. Erreur, la prochaine fois, on le gardera sans le froisser parce que l’une des faces permet d’écrire : nous aurons donc beaucoup de papier brouillon au format atypique, idéal pour nourrir l’imagination, pour écrire, pour dessiner, o u tout simplement, pour la liste des courses !
Quant aux ardoises sur lesquelles on pose son récipient de cuisson, elles viennent d’une vieille toiture. Elles ont trouvé une nouvelle vie et d’autres qui nous sont promises.