BENIN - Bilan du projet "cuiseurs et biocombustibles"

Démarré en décembre 2022, ce projet au Bénin vise à  réduire la déforestation et favoriser la transition énergétique durable dans le département de l’Atacora.

Ce projet s’inscrit dans une zone menacée par l’augmentation de la déforestation et l’exposition au risque du changement climatique.
Il vise donc à favoriser l’utilisation des Cuiseurs à Bois Économe (CBE) et biocombustible afin de réduire la déforestation et de favoriser la transition énergétique.

Biocombustibles

Durant l’année 2023, les tests sur les biocombustibles ont continué et permis la sélection de mélanges les mieux adaptés à la création d’une filière.
Les rafles de maïs, balles de riz, tiges de manioc, tiges de mil, coques de baobab, d’arachides, de Niébé, les poudres de charbon de bois et les sciures de bois sont autant de possibilités de création de combustibles propres.
Les biocombustibles produits ont été testés entre autres par des femmes œuvrant dans le domaine de la transformation alimentaire ; elles en apprécient la rapidité d’allumage comparée à celle du charbon de bois, mais mettent en avant la légèreté des biocombustibles qui accélère leur combustion, ce qui entraînerait une consommation plus élevée que celle du charbon de bois.

Les ménages et activités professionnelles pilotes sont ouverts à l’adoption de biocombustibles, à condition qu’ils soient de coût abordable avec des technologies adaptées et économiques en comparaison charbon de bois.
Les réflexions ont mené à la conception d’un CBE spécialement adapté à l’usage des biocombustibles, qui a été expérimenté dans quelques foyers. Ces tests ont été concluants, mais il sera nécessaire de trouver une solution alternative low-tech aux problématiques posées et ainsi baisser le coût de production du foyer à biocombustible.

Durant l’année 2023, les tests sur les biocombustibles ont continué et permis la sélection de mélanges les mieux adaptés à la création d’une filière.
Les rafles de maïs, balles de riz, tiges de manioc, tiges de mil, coques de baobab, d’arachides, de Niébé, les poudres de charbon de bois et les sciures de bois sont autant de possibilités de création de combustibles propres.
Les biocombustibles produits ont été testés entre autres par des femmes œuvrant dans le domaine de la transformation alimentaire ; elles en apprécient la rapidité d’allumage comparée à celle du charbon de bois, mais mettent en avant la légèreté des biocombustibles qui accélère leur combustion, ce qui entraînerait une consommation plus élevée que celle du charbon de bois.

Cuiseurs à bois économes

En ce qui concerne la distribution de cuiseurs à bois économes dans les foyers et unités de production alimentaires de l’Atacora, l’association Eco-Bénin a été performante et a dû s’adapter à certains aléas. 

Dans chaque village concerné, les enquêteurs ont rencontré les autorités locales afin de leur transmettre des informations sur le projet.   Des notes de plaidoyer sont en cours de préparation, revendiquant une meilleure prise en compte des effets néfastes des foyers non efficaces sur l’environnement et sur la santé des familles qui les utilisent. Celles-ci ont pour ambition d’être présentées au Conseil communal.

Six artisans ont été formés à la fabrication et à la réparation des foyers améliorés dans les communes de Djougou, Kotopounga, Natitingou, Tanguiéta et Materi.   L’augmentation de prix des matières premières pour leur fabrication, notamment celui du métal, a contraint le projet à réduire ses objectifs en termes de numéro de cuiseurs diffusés.   Ainsi, au lieu de 400, ce sont 270 CBE qui ont été fabriqués, dont 100 sont destinés à une utilisation productive par des groupements de femmes détentrices d’activités génératrices de revenus.   Des ateliers de cuisson écologique ont été réalisé avec pour objectif la sensibilisation des participantes sur les enjeux socio-économiques et environnementaux de l’utilisation des foyers économiques.     

Ce projet sera clos avant la fin du premier trimestre 2024, et donnera lieu à un nouveau projet dans les perspectives 2024.